Projet de loi Avenir Professionnel : une marchandisation du service public de la formation

Communiqué de presse 

Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste

Jean-Marc Germain, secrétaire national en charge de l’École, la Formation tout au long de la vie, la Culture et l’Éducation populaire

Projet de loi Avenir Professionnel : une marchandisation du service public de la formation

Depuis lundi, l’Assemblée nationale examine en séance publique le projet de loi Avenir professionnel. Formation, apprentissage, assurance chômage sont au menu de ce texte largement contesté, à juste titre.

Contrairement à la communication du gouvernement, ce projet n’est ni un progrès social pour les jeunes, les salariés et les demandeurs d’emploi, ni une sécurisation des parcours professionnels face aux mutations numérique et écologique de notre économie, ni un nouveau pacte pour l’emploi avec les Régions et les partenaires sociaux, mais une marchandisation du service public de la formation.

Le choix du Gouvernement d’ouvrir le marché de l’apprentissage aura des impacts graves : des milliers de places de formation sont menacées, des parties entières de notre territoire risquent de voir des CFA fermer, des formations à certains métiers risquent de ne plus être assurées. Ce projet va à l’encontre du souhait partagé par les Régions, les entreprises et les jeunes : disposer de formation par alternance pour tous les métiers et sur tous les territoires. Formation initiale à part entière des jeunes, l’apprentissage n’est pas une marchandise.

Continue reading

Participez à la Commission Fédérale “Europe-Mondialisation” Mardi 12 juin 2018

Participez à la commission “réforme des institutions” Mardi 19 juin à 19h

Participez à la commission fédérale “Lutte contre les inégalités” le 20 juin 2018

Emmanuel Macron Président, c’est 1 an de politiques injustes

Résolution de la Fédération du Nord du Parti Socialiste

“Emmanuel Macron Président, c’est 1 an de politiques injustes”

 

Alors qu’il s’était présenté devant les Français comme le chantre du “ni de droite ni de gauche”, avec la politique que mène Emmanuel Macron et son Gouvernement est clairement de droite. Pire, les réformes injustes et inquiétantes s’accumulent : flexibilisation du marché du travail avec les ordonnances Pénicaud, sélection à l’université, casse de la S.N.C.F. ou encore répression des droits des demandeurs d’asile malgré des discours prometteurs pendant la campagne présidentielle.

Nous le voyons, avec ce gouvernement, le libéralisme économique est partout et la justice sociale nulle part.

Au lieu de défendre le plus grand nombre, la majorité présidentielle se met au service de quelques-uns, en particulier des plus riches. Des allégements fiscaux leur sont accordés alors qu’on augmente la C.S.G. pour les citoyen.ne.s ayant des petites retraites.

“La séquence” sur la politique de la ville qui s’est déroulée ces dernières semaines en est un parfait exemple. Après avoir commandé à Jean-Louis Borloo un rapport sur les banlieues, Emmanuel Macron a enterré toute idée de grand plan en faveur des quartiers prioritaires de la ville ; il expose ainsi sa volonté de créer une nouvelle instance qui mobiliserait les acteurs publics et privés, à côté de l’ANRU, tout en renvoyant les questions budgétaires, qui sont pourtant primordiales, au mois de juillet. L’attente des habitants et élus de ces territoires en difficulté est immense, mais pour les actions concrètes ils pourront encore attendre. Les solidarités locales sont pourtant les derniers remparts face aux problèmes sociaux, ou, plus gravement, face à la radicalisation et au repli sur soi.

Les choix politiques conduisent également à une fragilisation des services publics de proximité. On ne compte plus les suppressions de classes en zone rurale, de même que les annonces concernant l’hôpital public qui ne sont pas de nature à rassurer le personnel de santé ni même les patients. Enfin, la réforme Belloubet crée également le risque de voir disparaitre de nombreux tribunaux de proximité créant ainsi une rupture d’égalité d’accès devant la justice.

Aussi, nous nous inquiétons du mépris affiché par le chef de l’Etat pour les corps intermédiaires, et les élus comme en témoignent ses mesures en direction des Collectivités territoriales ou bien encore ses motivations concernant la révision constitutionnelle en projet.

Socialistes, nous nous opposons à la politique conduite en étant présents à l’Assemblée Nationale et au Sénat, mais nous devons aussi continuer à être force de propositions afin d’incarner, le moment venu, une alternative de gauche crédible. Osons reparler d’innovation sociale, d’égalité réelle, de justice environnementale, pour écrire une nouvelle page de notre histoire politique !

C’est le sens des chantiers de la renaissance lancés par notre Premier Secrétaire Olivier Faure et dont le premier sera consacré à l’Europe. Les socialistes du Nord comptent pleinement s’y engager et ainsi participer à l’écriture du nouveau projet de notre famille politique !

 

Protection du littoral : le gouvernement fait marche arrière !

Communiqué de presse

Ericka Bareigts, Secrétaire nationale en charge de la France océanique et de la croissance bleue 

Protection du littoral : le gouvernement fait marche arrière !

 
Lors des débats en commission sur le Projet de loi Evolution du Logement et Aménagement du Numérique (ELAN), des députés La République en Marche (LREM) ont voté, avec le soutien du gouvernement, un détricotage majeur de la Loi Littoral de 1986.
 
Ces députés proposaient d’autoriser la construction « d’équipements collectifs » – notion bien floue qui peut justifier des projets privés ! – sur le littoral des îles de l’Hexagone, de Corse et des Outre-mer. Pourquoi ces territoires devraient-ils avoir une protection de l’environnement au rabais contrairement au reste du pays ? Pourquoi cette démarche s’est-elle faite en catimini sans consulter et informer les élus, sans étude d’impact de ce changement majeur ? Pourquoi les Outre-mer, qui forment 95% de l’espace maritime français, la Corse ou les îles de l’Hexagone ne pourraient-ils pas préserver leurs paysages exceptionnels de la bétonisation comme les côtes de l’Hexagone ? 

Continue reading

PAC : la France doit fixer un cap dans la tempête

Communiqué de presse

Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste 

Dominique Potier, secrétaire national en charge du Développement des ruralités et du Nouveau Modèle agricole et alimentaire

PAC : la France doit fixer un cap dans la tempête

L’annonce par la Commission européenne d’une baisse drastique du budget de la PAC et de sa « re-nationalisation » est une alerte majeure, non seulement pour notre agriculture, mais pour toute notre société.
A l’instar du projet européen, la PAC a besoin qu’on lui redonne des couleurs et une perspective d’avenir sur le long terme :

Continue reading

Victoire de Pedro Sànchez en Espagne : Réaction de la direction nationale du PS

Communiqué de presse

Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste 

Boris Vallaud, Porte-parole du Parti socialiste, Secrétaire national en charge de l’Europe

Le Parti socialiste salue la victoire de Pedro Sánchez 
Le Parti socialiste salue chaleureusement la victoire de Pedro Sánchez, nouveau Président du gouvernement espagnol.
C’est avec une très grande joie que nous accueillons la réussite de la motion de censure au Congrès des députés espagnols et la victoire de Pedro Sánchez, désormais nouveau Président du gouvernement.
Après dix ans dans l’opposition, les socialistes reviennent au pouvoir, appuyé par l’ensemble des forces de gauche.
Après dix ans de politique conservatrice, le Parti populaire de Mariano Rajoy a été désavoué.
La majorité est étroite, mais le désir de changement des espagnols est très fort.
Le Parti socialiste soutient Pedro Sánchez qui a su engager un vaste mouvement de renaissance de son parti et su fédérer autour du PSOE là où la division avait si souvent permis à la droite de se maintenir au pouvoir.

Mi Mandat du Département : Courrier aux Maires du Nord

MI-MANDAT DU DÉPARTEMENT : COURRIER AUX MAIRES DU NORD !

A l’occasion de la mi-mandat du Département du Nord, la majorité départementale droite LR-UDI a entrepris une tournée des territoires pour aller à la rencontre des élus locaux et ainsi valoriser leur action.

Force est de constater que l’exercice s’est trouvé être une grande entreprise de désinformation et de contre-vérités. Une manière certainement de cacher un bilan de mi-mandat très terne et une absence totale de projets d’avenir pour notre territoire.

Par ce courrier commun aux Maires du Nord, nous avons souhaité avec Charles Beauchamp (Président du Groupe Communiste) rétablir quelques vérités sur l’action menée sous le précédent mandat et dresser le vrai bilan de ce mi-mandat du Département.

Bonne lecture !

Didier Manier
Président du Groupe Socialiste, Radical & Citoyen
Ancien Président du Conseil général du Nord

Retrouvez en ligne l’article de 20 minutes Lille Nord: La gauche conteste le «fantasme» de la mise sous tutelle du département

RENDEZ-VOUS SUR NOTRE SITE NORD-FORT-SOLIDAIRE.FR

Retenez la date de l’université de rentrée de la fédération du PS Nord le 8 septembre 2018